Par Jérémie Glotin
Temps de lecture : 5 minutes

L’écoconception web : et si on en parlait ?

Nous sommes tous de plus en plus sensibles aux problématiques environnementales et il ne faut pas se le cacher : nos métiers sont très énergivores donc peu respectueux de la planète.

La part du numérique dans les émissions de CO2 ne cesse de croître (environ 5% des émissions mondiales en 2022). Il est donc désormais incontournable de se demander ce qui est indispensable et vraiment utile lors de la conception : on opte pour un design épuré, seuls les contenus et plugins indispensables doivent être intégrés. Pas de fioritures !

Vous trouverez ici un résumé des quelques bonnes pratiques qui vous permettront de limiter l’impact de vos sites web tout en restant performant.

écoconception web

Choisir un hébergement vert

Un hébergement vert veille à ce que son datacenter soit équipé d’infrastructures spécifiques notamment en termes de climatisation, d’hygrométrie… pour respecter les conditions des serveurs tout en préservant l’environnement. Sa consommation est issue d’énergies renouvelables. De nombreux hébergeurs verts existent sur le marché. Vous le savez, nous proposons désormais une offre d'hébergement vert, n’hésitez pas à nous contacter directement pour plus d’informations !

La conception technique

Lors de la phase technique, les technologies et les plugins sélectionnés pour le site web doivent être bien sûr adaptés aux problématiques et surtout limités : inutile de les multiplier. Aussi, il faudra aussi veiller à contrôler le nombre de requêtes http pour consommer moins d’énergie.

L’ergonomie

Le design doit être simple, épuré et adapté au web (cela va de soi !). Une version responsive doit être bien travaillée et la saisie assistée préférée à l'autocomplétion.

La conception graphique

Toujours dans la même philosophie : optez pour de la légèreté en évitant d’utiliser un thème trop lourd, limitez la quantité de CSS, favorisez les polices dites « standards » et pensez à redimensionner les images et à les optimiser. 

On privilégiera les formats vectoriels ou encore mieux, une sprite qui inclut toutes les images de la charte graphique.

Exemple ci-dessous avec la sprite du webo-facto : 

Sprite webo-facto

Les vidéos

À noter : les vidéos disponibles dans d’autres applications ne doivent pas être intégrées au site (elles sont ailleurs donc il suffit de créer un lien). Il est donc conseillé d’intégrer vos vidéos dans une Iframe et d’éviter leur lancement automatique.

Les outils

Enfin, voici quelques outils qui peuvent vous faciliter la vie  :

  • Green IT Analytics

C’est l’extension de Chrome qui permet de calculer l’empreinte carbone d’une page web. Elle livre également des conseils pour la réduire.

  • Light House

C’est une extension Google qui mesure la performance, l’accessibilité et le SEO. Les résultats sont assez précis et détaillés ce qui facilite grandement la vie du concepteur car il sait directement où sont les axes d’améliorations à apporter.

  • GT Metrics

Il vous servira pour mesurer la durée de chargement de votre site. Plus le temps de chargement est long, plus d’énergie est consommée et vous risquez aussi de perdre des visiteurs !

Pour aller plus loin, vous pouvez aussi vous rapprocher des acteurs confirmés dans ce domaine :

Les 115 bonnes pratiques publiés par l'ADEME

Green IT 

Nantes Numérique Responsable

Conclusion : se poser les bonnes questions

En réduisant la quantité de données que nous stockons, transférons ou traitons, nous réduisons l'énergie nécessaire. Moins de charbon, de biocarburants ou de barres d'atomes doivent être brûlés, moins d'éoliennes doivent tourner, moins de panneaux solaires doivent fonctionner. Les énergies sont donc économisées.

Il faut que nous apprenions à l’intégrer dans nos méthodes de travail. Pour chaque action ou idée, il suffit de se poser la question : en ai-je vraiment besoin ? Ce contenu est-il indispensable à mon internaute ? 

Nous espérons que ces conseils vous aideront à prendre le chemin de l’éco conception 


Revenir aux articles